Le nombre d’inscriptions sur la liste ‘Ne m’appelez plus’ a atteint un niveau historiquement bas pendant la période de la crise du coronavirus